Version française

* any resident of the European Union or organization registered in an EU member state can support the appeal to investigate the corruption in the European Parliament by voting at change.org.

CORRUPTION IN THE EUROPEAN PARLIAMENT: FALSIFICATIONS AND FRAUD IN THE COMMITTEE ON PETITIONS

Each year, more than 2000 petitions are submitted to the European Parliament. Hundreds of thousands of European Union citizens sign these petitions hoping that their ideas and intentions will be considered during debates of various political groups of the European Parliament. The right of petition is one of the fundamental rights which formed the basis of the European Union.

Unfortunately, what is happening in the European Parliament does not meet expectations of the Europeans. Petitions are not being discussed in real debates. The procedure of considering petitions is full of falsifications and became a source of illegal income for some deputies.

This page contains evidence of violations of the Rules of Procedure of the European Parliament, which took place during two sittings of the Committee on Petitions on 11 October 2016 and 28 November 2016. These two sittings were selected for analysis because on one of them, the Petition № 0789/2015 was being considered and its author, who was also present at the sitting, noted the violations and raised a question about them. On the other sitting, the Chairman of PETI Committee acknowledged de facto violation of the Rules of Procedure of the European Parliament.
In general, similar violations took place on almost all sittings of PETI in 2016.

11 October 2016 Sitting of the Committee on Petitions
Discovered violations:

1. Violation of the rule of quorum during discussion of petitions. The decisions which were made without quorum are not legal.

Below is a fragment of the video recording of the PETI sitting on 11 October 2016 (duration: 1 minute 17 seconds). The video is available at the European Parliament website. This fragment starts at 1:38:00.

On this video, a delegation from Italy is presenting its petition to the Committee. The deputies should discuss the petition and make a decision on it. However, the chairman of the sitting Ms Cecilia Wikström who is the head of the PETI Committee says:

“Thank you very much for your contribution. Thank you so much. Now... The floor is now open actually to colleagues, but there are no colleagues. There is, yeah we only have one colleague with me at this moment. So. Now, I would like to give the floor back to... to... you. To the... your petitioners. Very very short now.”

The chairman of the sitting admits that only 2 “colleagues” are present on the sitting. Actually, the camera shows only empty chairs where deputies should have been sitting. It remains unclear, who stayed with Ms Wikström (seen on the tribune). The cameras had not caught neither of the deputies in the hall. Probably, Ms Wikström meant a colleague from the Secretariat of PETI Committee who is not a deputy and thus cannot make decisions on petitions. In this case, Ms Wikström was discussing petitions alone.

The video recordings of the sittings show tens of people, but these people are assistants of the deputies, observers and invitees. They do not have right to make any decisions on petitions.

According to Rule 208.2. of the Rules of Procedure of the European Parliament, “A committee may validly vote when one quarter of its members are actually present.”
This way, the quorum is one quarter of committee's members, so this is the minimal number of deputies who can make legal decisions. However, during the sitting of the Committee on Petitions, the number of deputies present in the hall was not stable. Many deputies were leaving the sitting, which leads to the number of remaining deputies not being sufficient for quorum. Sometimes, only 1 or 2 deputies are present in the hall. This situation lacks both quorum and common sense. The deputies do not fulfill their official duties as it should be. The decisions made under such circumstances are obviously not legal.

2. List of the deputies who were specified as present on the sitting in the Minutes of Meeting does not correspond to the real number of the deputies on this sitting. This means that the Minutes of Meetings were falsified.

Below is the fragment from the official report about the sitting of PETI Committee (Minutes of Meeting) on 10 and 11 October 2016, page 11/14. It contains the list of the deputies who participated in the sitting. The numbers (1), (2) or (1-2) in parenthesis next to the deputy name means that the deputy participated in the work of the committee either on the first day (10 October 2016), on the second day (11 October 2016), or on both days:

The full Minutes of Meeting are available here. According to the information from this document, 33 deputies were present on the sitting on 11 October 2016, below is the list:

1. Cecilia Wikström
2. Pál Csáky
3. Rosa Estaràs Ferragut
4. Roberta Metsola
5. Marlene Mizzi
6. Marina Albiol Guzmán
7. Margrete Auken
8. Beatriz Becerra Basterrechea
9. Heinz K. Becker
10. Soledad Cabezón Ruiz
11. Miriam Dalli
12. Eleonora Evi
13. Lidia Joanna Geringer de Oedenberg
14. Sylvie Goddyn
15. Rikke Karlsson
16. Jude Kirton-Darling
17. Svetoslav Hristov Malinov
18. Notis Marias
19. Edouard Martin
20. Julia Pitera
21. Gabriele Preuß
22. Laurenţiu Rebega
23. Sofia Sakorafa
24. Yana Toom
25. Tatjana Ždanoka
26. Enrique Calvet Chambon
27. Carlos Iturgaiz
28. Urszula Krupa
29. Miltiadis Kyrkos
30. Demetris Papadakis
31. Josep-Maria Terricabras
32. Ángela Vallina
33. Axel Voss

Careful review of the video recordings of the morning and the afternoon sitting on 11 October 2016 allows to find out the exact number of the deputies who were actually present in the hall.If the camera has caught the deputy at least for a moment, we consider him or her participated in the sitting.

According to the video recording, during the first part of the sitting on 11 October 2016 (09:00-12:30), only 8 deputies were present in the hall (this means 25 deputies were absent).

During the second part of the sitting (15:00-18:30), 9 deputies were present (24 deputies were absent).

Overall 18 deputies were absent on this day, taking into account there were 2 parts of the sitting. Below is the list of the absent deputies:

1. Axel VOSS
2. Beatriz BECERRA BASTERRECHEA
3. Carlos ITURGAIZ
4. Demetris PAPADAKIS
5. Eleonora EVI
6. Gabriele PREUSS
7. Josep-Maria TERRICABRAS ?
8. Jude KIRTON-DARLING
9. Margrete AUKEN
10. Marina ALBIOL GUZMÁN
11. Miriam DALLI ?
12. Rikke KARLSSON
13. Roberta METSOLA
14. Rosa ESTARÀS FERRAGUT
15. Svetoslav Hristov MALINOV
16. Sylvie GODDYN
17. Urszula KRUPA
18. Yana TOOM

The Minutes of Meeting contains distorted information about deputies present at the sitting. This allows to hide the problem of lack of quorum and legalize the decisions made on the sitting. Falsification of the official documents misleads the authors of the petitions, citizens who supported the petitions with their votes and the public. Such falsifications in the European Parliament are especially cynical.

3. Probably, a criminal offense of forging signatures of the Members of the European Parliament in the Attendance Register took place in the Committee on Petitions.

In reply to accusations of falsifying the Minutes of Meetings, the Secretariat of PETI Committee explained that the Minutes of Meetings are created based on the attendance registers. According to Rule No 148 of the Rules of Procedure of the European Parliament, deputies sign attendance registers on each sitting to prove their attendance.

However, if the deputies were not present in the sitting hall, someone else signed the attendance register instead of them. As the deputies cannot delegate the right of vote to a third party, this should be considered a criminal offense.

4. Probably, fraud related to paying rewards to the deputies took place in the European Parliament.

Manipulations with Attendance Registers allow deputies to get illegal rewards for allegedly participating in sittings of the PETI Committee where they actually were not present. This is fraud.

Deputies from the above list, who were not present on the sitting on 11 October 2016, are suspected in participation in falsification of the attendance registers and getting illegal reward. Despite their privileges and high salary, deputies do not shun participating in financial fraud.

It's important to note that in many cases, the deputies are present at the sitting for only a short period of time. They sign the attendance register and leave the sitting. In reality, they do not take part in the work of the Committee, but are rewarded.

Sitting of the Committee on Petitions on 28 November 2016. Discovered violations:

1. Violation of the rule of quorum during discussion of petitions.

On a Petitions Committee sitting on 28 November 2016 only 4 deputies were discussing petitions and making decisions. 4 deputies is not enough for quorum, therefore all the decisions of the Committee made on this sitting should be considered invalid.

2. Falsification of Minutes of Meeting.

On page 11/14 of the Minutes of Meeting of 28 November 2016 sitting of the Committee on Petitions, the following 11 deputies are listed as participated in the sitting:

1. Cecilia WIKSTRÖM; 2. Pál CSÁKY; 3. Rosa ESTARÀS FERRAGUT; 4. Beatriz BECERRA BASTERRECHEA; 5. Soledad CABEZÓN RUIZ; 6. Eleonora EVI; 7. Sylvie GODDYN; 8. Julia PITERA; 9. Jarosław WAŁĘSA; 10. Tatjana ŽDANOKA; 11. Ángela VALLINA.

However, the video recording of the sitting refutes the information from the Minutes of Meeting. The entire recording shows only 4 deputies.

Only 4 deputies were observed also by Andrei Sumar, the author of petition № 0789/2015, who accepted the invitation to participate in this sitting of PETI. Below is the list of real participants:

1. Pál CSÁKY; 2. Julia PITERA; 3. Jarosław WAŁĘSA; 4. Tatjana ŽDANOKA.

After the sitting, Andrei Sumar went to the tribune and asked Ms Virpi Köykkä, the Chairman of the Secretariat of the Petitions Committee, to write down the list of the deputies who participated in the sitting. Below is the list. It features one more last name, “WIKSTRÖM”. This is the last name of the President of PETI Committee who entered the sitting hall after the sitting had finished. Ms WIKSTRÖM did not participate in the work of the sitting.

The Minutes of Meeting of 28 November 2016 sitting of the Committee on Petitions has been falsified.

3. Forging of the signatures in attendance register.

As mentioned above, the Minutes of Meetings are created based on the attendance registers. Below is the list of deputies who were not present on the 28 November 2016 sitting and whose signatures in the attendance register were obviously forged:

Rosa ESTARÀS FERRAGUT
Beatriz BECERRA BASTERRECHEA
Soledad CABEZÓN RUIZ
Eleonora EVI
Sylvie GODDYN
Ángela VALLINA

Falsification of signatures in the attendance register is a criminal offense.Ms Cecilia WIKSTRÖM did not participate in the sitting of PETI on 28 November 2016, however, she apparently signed the attendance register. This is illegal.

4. This sitting also involved fraud related to paying rewards to the deputies.

The deputies who did not participate in the sitting of PETI most likely obtained cash reward for the allegedly completed work as per the falsified attendance register. This action is fraud.

5. Not always the deputies had opportunity to get to know with complete dossiers of petitions. Because of that, problems raised in petitions are left without attention of the European Parliament. Thus, the decisions made on these petitions cannot be considered objective.

During the sitting, two deputies stated that they had not seen any documents proving the facts described in petition No 0789/2015.

On the video below (duration: 3 minutes 15 seconds), the chairman of the sitting Mr Pal Csaky (who was representing Slovakia) said:

“Dear Mr Sumar, history will not stop today. [...] Until this very day, apart from your word, I have not received a single document or any other relevant piece of evidence or proof we could use to actually prove that we are talking about that we are faced with corruption. [...] But we have received no specific and no concrete proof up until today. Proposing to close this petition adding that in the future you can take any step you seem reasonable or fit, but at the moment, this moment in time, I cannot see any evidence, any document or opinion, on the basis of which the European Parliament could take any specific steps against any specific persons or procedures or any officials, and I'm asking the colleagues, if they agree with this. Yes? Thank you ladies and gentlemen, let's call it a day.”

In his statement, the deputy explicitly contraposes terms "words" and "documents, evidences, proofs".

Another deputy, Mr Jaroslaw Walesa (representing Poland), said:

“... The accusations are not grounded, because no evidence was provided.”

However, the author of the petition 0789/2015, as a proof of the facts, provided documents on more than 200 pages to the Petitions Committee. The complete dossier on the illegal business on Schengen visas consists of more than 1000 pages of documents. The European Parliament website features the list of the documents submitted to the European Parliament to support the petition 0789/2015.

On the grounds of Rule 160 and in connection with Rule 209 of Procedure of the European Parliament, “documents forming the basis for Parliament's debates and decisions shall be printed and distributed to Members.” Apparently, the documents were not distributed to the deputies. It seems that the criminals are influencing the processes in the European Parliament to avoid publicity and investigation of the Schengen visa fraud. This visa fraud may have involved representatives of the highest EU bodies.

Besides that, according to the standard procedure, the European Parliament only considers the petitions which touch upon the issues which fall within the field of activity of the European Union. Therefore, in the procedure of considering petitions, the opinion of the European Commission on the petition subject is taken into account. According to the documents provided by the Secretariat of PETI, on 30 November 2016, the European Commission sent a message to the European Parliament containing its opinion on 74 petitions, including the petition No 0789/2015. In other words, the message was sent 2 days after the sitting of the PETI Committee at which the petition No 0789/2015 had been discussed.

The deputies did not have an opportunity to get to know with the opinion of the European Commission and the complete dossier of the petition. This means violation of a European Parliament procedure.

Decisions on petitions made by the PETI Committee in «written» form

Each of the Minutes of Meeting contains information about tens of petitions on which the deputies had made the decision in a so-called "written form". Below is the corresponding fragment from the Minutes of Meeting of 10 and 11 October 2016 (page 10/14):

Below is the corresponding fragment from the Minutes of Meeting of 28 and 29 November 2016 (page 10/14):

The Minutes of Meetings do not contain any detailed information about the decisions. The revealed violations in the activities of PETI during public consideration of petitions cast doubt upon all the decisions PETI has made, including those made in "written form".

Violations of the European Parliament Procedure during the sittings of PETI took place in 90% of cases. The number of the citizens of the European Union who suffered from them may exceed 1 000 000.

The above violations are typical and occurred in 90% of sittings of PETI in 2016. The regularity of these violations and their nature cast doubt upon the legitimacy of the activities of PETI Committee in 2014-2016. All the decisions made by the committee within this period, both positive and negative, must be considered illegal. This way, the right of petition of the Europeans was not being implemented during this period.

Preliminary assessment of the situation shows that during 2014-2016, the PETI Committee of the European Parliament made decisions on 5000 to 6000 petitions submitted to the European Parliament (The data on number of the petitions is provided by the Secretariat of PETI). Some of the petitions were supported by several hundreds of votes, others were supported by thousands of votes. The European Parliament has violated rights of both authors and supporters of these petitions. The number of the citizens of the European Union who suffered from these violations may exceed 1 000 000. All these citizens do not even know that their right of petition has been violated.

According to Rule 38 of the Rules of Procedure of the European Parliament, “Parliament shall in all its activities fully respect fundamental rights as laid down in the Charter of Fundamental Rights of the European Union.” Unfortunately, the European Parliament failed to meet this requirement.

Besides the described violations, other violations of the Rules of Procedure of the European Parliament took place. Information about them will be presented to the court in a lawsuit about acknowledging the activity of PETI illegal, in case it comes to this lawsuit.

The European Parliament violated legislation on the public access to information.

According to Rule 116 of Procedure of the European Parliament, “any citizen of the Union and any natural or legal person residing or having its registered office in a Member State has a right of access to Parliament documents”. However, the European Parliament refused to provide copies of the attendance registers “in respect to the protection of personal data of the MEPs and the protection against the risk of falsifying of signature”.

It's important to note that in reply to a request related to another case, the European Parliament provided copies of documents signed by the deputies. The signatures of the deputies were hidden. A repeated request to provide the copies of attendance registers with the deputies' signatures hidden was also rejected by PETI Committee. Probably, the PETI Committee is trying to avoid publicity of the evidence in the case of forgery of signatures of the deputies.

Revocation of mandates of the Members of the European Parliament

The civil society has right to react to the violations in the European Parliament by revoking mandates of Members of the European Parliament involved in the illegal activities. The procedure of revocation, including collecting votes for revocation of a mandate, is organized based on the national legislation of each EU member state.
Below is the list of the Members of the European Parliament, who are candidates for revocation of their mandates due to serious violations revealed during the sittings of PETI Committee on 11 October 2016 and 28 November 2016:

Bulgaria:
  • Svetoslav Hristov MALINOV
Cyprus:
  • Demetris PAPADAKIS
Denmark:
  • Rikke KARLSSON
  • Margrete AUKEN
Estonia:
  • Yana TOOM
France:
  • Sylvie GODDYN
Germany:
  • Axel VOSS
  • Gabriele PREUSS
Italy:
  • Eleonora EVI
Malta:
  • Roberta METSOLA
  • Miriam DALLI
Poland:
  • Urszula KRUPA
Spain:
  • Ángela VALLINA
  • Beatriz BECERRA BASTERRECHEA
  • Carlos ITURGAIZ
  • Marina ALBIOL GUZMÁN
  • Rosa ESTARÀS FERRAGUT
  • Soledad CABEZÓN RUIZ
  • Josep-Maria TERRICABRAS
Sweden:
  • Cecilia WIKSTRÖM (is the Chairman of PETI, an active participant and witness of all violations)

Mr Antonio Tajani, the President of the European Parliament and the official who is responsible for all activities of this body, also deserves revocation of the mandate of a Member of the European Parliament. Mr Antonio Tajani did not react to the violations in the Petitions Committee in accordance with his powers.

Note:
According to the information published at the official European Parliament website, eurodeputies get additional compensation of 306 euro per day during the parliamentary activities given that they confirm their participation by signing official attendance registers. Besides that, they get compensation for the travel to the place where the sittings take place (usually Brussels or Strasbourg).
This website features information only about 2 sittings in the European Parliament. 20 eurodeputies were classified as allegedly participated in the fraud related to these sittings (not counting the eurodeputies representing the UK). Some of the deputies were involved in the illegal activities in both of these sittings. This proves that the fraud with paying compensation became a regular practice for the eurodeputies.
Taking into account tens of meetings which take place in the European Parliament during a year, the total number of deputies who had participated in the illegal activities is significantly bigger. No estimation of this number is provided on this website.

English version

* chaque résident de l’Union Européenne ou chaque organisation enregistrée dans un des états membres peut soutenir par voix l’appel à investiguer la corruption au sein du Parlement Européen sur le site change.org.

Corruption au Parlement Européen: les falsifications et l’escroquerie à la Commission des pétitions

Chaque année, plus de 2000 pétitions sont soumises au Parlement européen. Des centaines de milliers de citoyens de l'Union Européenne signent ces pétitions en espérant que leurs idées et leurs intentions soient prises en compte lors des débats entre les divers groupes politiques au sein du Parlement Européen. Pour rappel, le droit de pétition fait partie des droits fondamentaux qui ont servi de base à l'Union européenne.

Malheureusement, ce qui se passe au Parlement Européen ne correspond pas aux espérances des Européens. Les pétitions ne sont pas traitées au cours de vrais débats. La procédure du traitement, plein de falsifications, devient la source de revenu illégal pour certains députés. Sur cette page internet, les preuves des violations du Règlement du Parlement Européen sont présentées. Ces violations ont eu lieu au cours de deux réunions de la Commission des pétitions - celle du 11 octobre 2016 et celle du 28 novembre 2016. Ces dates sont choisies pour analyse de la situation, parce qu’au cours d’une réunion, la Présidente de la Commission des pétitions a reconnu de facto une violation évidente du Règlement du Parlement Européen. Au cours d’autre réunion la pétition no 0789/2015 a été traitée dont l’auteur était présent. Il a porté son attention aux violations et a soulevé la question de celles-ci.

En général, des infractions pareilles ont lieu presque au cours de toutes les réunions de la Commission des pétitions qui se sont déroulées pendant l’année 2016.

La réunion de la Commission des pétitions du 11 octobre 2016.
Les violations identifiées :

1. La violation du principe de quorum au cours du traitement des pétitions. Les décisions prises en l’absence de quorum sont illégitimes.

Voici un extrait d’enregistrement vidéo (duré : 1 min 17 sec) de la réunion de la Commission des pétitions du 11 octobre 2016. Cette vidéo est disponible sur le site du Parlement Européen. L’extrait présenté commence approximativement à 1h 38min de la dite vidéo.

Dans cette vidéo, la délégation italienne présente sa pétition. Au moment où les députés doivent discuter de cette pétition et prendre une décision vis-à-vis de celle-ci, la présidente de la réunion Mme Cecilia Wikström qui est en même temps la Présidente de la Commission des pétitions dit:

“Thank you very much for your contribution. Thank you so much. Now... The floor is now open actually to colleagues, but there are no colleagues. There is, yeah we only have one colleague with me at this moment. So. Now, I would like to give the floor back to... to... you. To the... your petitioners. Very very short now.”

La traduction de la déclaration de la Présidente en français:

“Merci beaucoup pour votre contribution. Merci beaucoup. Maintenant je passe la parole à mes collègues. Mais ils ne sont pas là. Si, il n y a qu’un seul collègue avec moi pour le moment. Alors, je vous rends la parole, à vous les pétitionnaires. Très très brièvement maintenant.”

La Présidente avoue donc qu’en ce moment seulement 2 “collègues” étaient présents à la réunion. On peut en effet voir les fauteuils vides des députés dans cette vidéo. Il reste peu clair qui était avec Mme Wikström (on peut la voir dans la tribune). Les cameras ne nous montrent aucun autre député dans la salle. Probablement, Mme Wikström gardait à l’esprit une collègue qui était membre du secrétariat de la Commission des pétitions. Mais celle-ci, n’étant pas la députée, ne peut pas prendre les décisions vis-à-vis les pétitions. Dans un tel cas, la députée Mme Wikström traite les pétitions toute seule.

En vidéo, on peut observer des dizaines des personnes présentes pendant chaque réunion de la Commission des pétitions, mais en réalité ce sont les assistants des députés, les observateurs, les personnes invitées. Toutes ces personnes n’ont pas le droit de prendre des décisions.

Selon les dispositions de l’article 208.2. du Règlement du Parlement Européen, “ Une commission peut valablement voter lorsque le quart des membres qui la compose est effectivement présent.” Ainsi donc, le quart des membres de la Commission des pétitions crée le quorum, c’est-à-dire le nombre minimal des députés qui autorise le fait de prendre des décisions légitimes. Cependant au cours d’une réunion de la Commission des pétitions le nombre des députés présents dans la salle est instable. Plusieurs députés quittent la salle, par conséquence le nombre des députés restants devient insuffisant pour le quorum. Parfois dans la salle de réunion ne sont présents qu’un ou deux députés. Dans une telle situation il manque le quorum, aussi que le bon sens. Les décisions de la Commission des pétitions prises dans les telles situations sont clairement illégitimes.

2. La liste de députés nommés dans le rapport de la réunion (Minutes of Meeting) comme présents ne correspond au nombre des députés qui étaient en réalité présents à la réunion. Cela signifie que le rapport est falsifié.

Voici un fragment du rapport de la réunion de la Commission des pétitions du 10 et 11 octobre 2016, contenant la liste des députés qui ont participé à cette réunion (page 11/14). Entre parenthèses près du nom d’un député les chiffres (1), (2) ou (1-2) signifient que le député a pris part au travail de la Commission soit au premier jour (le 10 octobre 2016), soit au deuxième jour (le 11 octobre 2016), soit à tous les deux jours (le 10 et le 11 octobre 2016):

Le rapport complet est disponible sur le site du Parlement Européen. D’après les informations de ce rapport, 33 députés participaient à la réunion du 11 octobre 2016, voici leur liste:

1. Cecilia Wikström
2. Pál Csáky
3. Rosa Estaràs Ferragut
4. Roberta Metsola
5. Marlene Mizzi
6. Marina Albiol Guzmán
7. Margrete Auken
8. Beatriz Becerra Basterrechea
9. Heinz K. Becker
10. Soledad Cabezón Ruiz
11. Miriam Dalli
12. Eleonora Evi
13. Lidia Joanna Geringer de Oedenberg
14. Sylvie Goddyn
15. Rikke Karlsson
16. Jude Kirton-Darling
17. Svetoslav Hristov Malinov
18. Notis Marias
19. Edouard Martin
20. Julia Pitera
21. Gabriele Preuß
22. Laurenţiu Rebega
23. Sofia Sakorafa
24. Yana Toom
25. Tatjana Ždanoka
26. Enrique Calvet Chambon
27. Carlos Iturgaiz
28. Urszula Krupa
29. Miltiadis Kyrkos
30. Demetris Papadakis
31. Josep-Maria Terricabras
32. Ángela Vallina
33. Axel Voss

La vérification attentive de l’enregistrement vidéo de la réunion du matin et de l’après-midi du 11 octobre 2016 permet d’identifier le nombre exact des députés étant présents dans la salle de réunion.Si la camera montre un député pour un seul instant même, nous le considérons comme “présent”.

D’après l’enregistrement vidéo, au cours de la première partie de la réunion qui s’est déroulée le matin 11 octobre 2016 du 9h à 12:30h, seulement 8 députés étaient présents dans la salle (conformément 25 députés étaient absents).

L’enregistrement vidéo témoigne qu’au cours de la deuxième partie de cette réunion qui s’est déroulée du 15h à 18:30h, 9 députés étaient présents dans la salle (conformément 24 députés étaient absents).

En total ce jour-là, prenant en compte les deux parties de la réunion, 18 députés de la liste n’étaient pas identifié du tout dans l’enregistrement vidéo. Voici leur liste :

1. Axel VOSS
2. Beatriz BECERRA BASTERRECHEA
3. Carlos ITURGAIZ
4. Demetris PAPADAKIS
5. Eleonora EVI
6. Gabriele PREUSS
7. Josep-Maria TERRICABRAS ?
8. Jude KIRTON-DARLING
9. Margrete AUKEN
10. Marina ALBIOL GUZMÁN
11. Miriam DALLI ?
12. Rikke KARLSSON
13. Roberta METSOLA
14. Rosa ESTARÀS FERRAGUT
15. Svetoslav Hristov MALINOV
16. Sylvie GODDYN
17. Urszula KRUPA
18. Yana TOOM

Le rapport présente une information altérée. Cette altération permet de cacher le manque de quorum et légaliser les décisions de la Commission des pétitions.

Les rapports falsifiés trompent les pétitionnaires, les citoyens qui ont supporté les pétitions par leurs votes et toute la société. Ces cas de falsifications au Parlement Européen semblent surtout cyniques.

3. Probablement, les signatures des députés du Parlement Européen sur les feuilles de présence ont été falsifiées. Ceci est un crime pénal.

Suite aux reproches de falsifications des rapports, le secrétariat de la Commission des pétitions a présenté une explication selon laquelle les rapports sont créés à base des registres de présence/ feuilles de présence dont les députés sont censés signer dans la salle de réunion pour confirmer leur présence, conformément aux dispositions de l’article 148.1. du Règlement du Parlement Européen.

Alors, on ne peut que supposer que quelqu’un a signé le registre de présence/ les feuilles de présence à la place des députés absents. Etant donné que les députés ne peuvent pas déléguer leur vote à quiconque, il faut considérer cela comme un crime pénal.

4. Probablement, une escroquerie liée à la rémunération payée aux députés du Parlement Européen a eu lieu.

Les députés reçoivent une rémunération pour leur participation aux réunions. Etant donné qu’ils n’étaient pas présents à ces réunions, il est évident qu’il y a des manipulations financières où les députés ont perçu illégalement des émoluments. Une tentative d’escroquerie a donc eu lieu. Les députés qui n’étaient pas présent à la réunion du 11 octobre 2016, dont la liste est présentée ci-dessus, sont suspectés d’avoir participés à ce crime.

En plus de leurs salaires et privilèges respectifs, il est fortement envisageable que les députés qui sont membres de la Commission des pétitions participent aux falsifications des feuilles de présence, ce qui leur permet de recevoir la rémunération additionnelle d’une manière injuste.

Il est nécessaire à ajouter que dans la plupart des cas les députés sont présents à la réunion pour une courte période, ils signent évidement le registre de présence et quittent directement la salle de réunion. En réalité ils ne participent pas au travail de la Commission des pétitions au cours de la réunion, mais ils reçoivent une rémunération.

La réunion de la Commission des pétitions du 28 novembre 2016. Les violations identifiées :

1. La violation du principe de quorum au cours du traitement des pétitions.

Au cours de la réunion de la Commission des pétitions du 28 novembre 2016, 4 députés seulement étaient chargés de traiter les pétitions. Le nombre 4 est insuffisant pour le quorum, par conséquence toutes les décisions de la Commission des pétitions prises au cours de cette réunion devraient être considérées illégitimes.

2. La falsification du rapport de la réunion (Minutes of Meeting).

La liste des députés participants à la réunion du 28 et 29 novembre 2016 est publiée sur la 11ème page du rapport officiel de cette réunion (Minutes of Meeting). La liste nomme 11 députés comme participants à la réunion du 28 novembre 2016, les voici:

1. Cecilia WIKSTRÖM; 2. Pál CSÁKY; 3. Rosa ESTARÀS FERRAGUT; 4. Beatriz BECERRA BASTERRECHEA; 5. Soledad CABEZÓN RUIZ; 6. Eleonora EVI; 7. Sylvie GODDYN; 8. Julia PITERA; 9. Jarosław WAŁĘSA; 10. Tatjana ŽDANOKA; 11. Ángela VALLINA.

Cependant, l’enregistrement vidéo de cette réunion réfute les informations du rapport. Dans cette vidéo, de la première jusqu’à dernière seconde, les cameras montrent toujours les 4 députés.

M. Andrei Sumar, auteur de la pétition no 0789/2015, qui a accepté l’invitation à participer à cette réunion lors de laquelle sa pétition a été traitée, n’a vu que ces mêmes 4 députés. Voici la liste des députés qui en réalité étaient présents à cette réunion :

1. Pál CSÁKY; 2. Julia PITERA; 3. Jarosław WAŁĘSA; 4. Tatjana ŽDANOKA.

Juste après que la réunion a été annoncée clôturée, M. Andrei Sumar a adressé à Mme Virpi Köykkä, Présidente du secrétariat de la Commission des pétitions, une demande de rédiger la liste des députés qui participaient à la réunion du 28 novembre 2016. Voici cette liste:

Le cinquième nom dans la liste - “Wikström”. Mme Wikström est Présidente de la Commission des pétitions. Elle n’a pas participé au travail de cette réunion et n’est entrée dans la salle de réunion qu’une fois que celle-ci soit déclarée clôturée.

Le rapport official de la réunion de la Commission des pétitions du 28 novembre 2016 a été clairement falsifié.

3. La falsification des signatures des députés dans les feuilles de présence.

Comme dit ci-dessus, les rapports (Minutes of Meetings) sont créés à base des feuilles de présence. Voici la liste des députés qui n’étaient pas présents à la réunion du 28 novembre 2016 et dont les signatures dans les feuilles de présence sont évidemment falsifiées:

Rosa ESTARÀS FERRAGUT
Beatriz BECERRA BASTERRECHEA
Soledad CABEZÓN RUIZ
Eleonora EVI
Sylvie GODDYN
Ángela VALLINA

La falsification des signatures des députés dans les feuilles de présence est le crime pénal.

Mme Cecilia WIKSTRÖM n’a pas participé au travail de la réunion du 28 novembre 2016, mais il est très probable qu’elle a signé le registre de présence. Ceci est illégal.

4. L’escroquerie avec les rémunérations des députés a probablement eu lieu lors de la réunion du 28 novembre 2016.

Les députés qui n’ont pas participé au travail de cette réunion, très probablement, ont perçu la rémunération à base des feuilles de présence falsifiées. Cet acte est manifestement une escroquerie.

5. Les députés n’ont pas eu la possibilité de prendre connaissance des dossiers complets de certaines pétitions. Par conséquence, les problématiques soulevées dans les pétitions sont restés hors de l’attention du Parlement Européen. Les décisions prises vis-à-vis de ces pétitions ne peuvent pas être considérées comme objectives.

Au cours de la réunion du 28 novembre 2016, deux députés ont déclaré qu’ils n’avaient pas vu les documents prouvant la véracité des informations exposées dans la pétition n0 0789/2015.

Dans un extrait d’enregistrement vidéo présenté ci-dessous (duré : 3 min 15 sec) M. Mr Pal Csaky représentant la Slovaquie a déclaré:

“Dear Mr Sumar, history will not stop today. [...] Until this very day, apart from your word, I have not received a single document or any other relevant piece of evidence or proof we could use to actually prove that we are talking about that we are faced with corruption. [...] But we have received no specific and no concrete proof up until today. Proposing to close this petition adding that in the future you can take any step you seem reasonable or fit, but at the moment, this moment in time, I cannot see any evidence, any document or opinion, on the basis of which the European Parliament could take any specific steps against any specific persons or procedures or any officials, and I'm asking the colleagues, if they agree with this. Yes? Thank you ladies and gentlemen, let's call it a day.”

La traduction de la déclaration de Monsieur le député en français:

“Cher Monsieur Sumar, l'histoire ne s'arrêtera pas aujourd'hui. [...] Jusqu'à ce jour même, sauf de vos mots, je n'ai reçu aucun document et aucune preuve pertinente ou une preuve qui nous prouve que nous faisons face à la corruption. [...] Mais nous n'avons reçu aucune preuve spécifique et ni preuve concrète jusqu'à aujourd'hui. Proposant de clôturer cette pétition j’ajoute que, à l'avenir, vous pouvez prendre toute mesure que vous paraissez raisonnable ou adéquate, mais pour le moment, je ne vois aucun élément de preuve, aucun document ou opinion sur la base duquel le Parlement Européen pourrait prendre des mesures spécifiques contre des personnes déterminées ou des procédures ou des fonctionnaires, et je demande aux collègues, s'ils sont d'accord avec cela. Oui? Merci! Mesdames et messieurs, pour aujourd’hui c’est tout.”

Dans la déclaration de Monsieur le député, l’antithèse entre “les mots” et “un document, une preuve, une opinion” est absolument claire.

Un autre député M. Jaroslaw Walesa représentant la Pologne a déclaré:

“Les accusation ne sont pas fondées, comme aucunes preuves n’ont pas été apportées.”

Cependant l’auteur de la pétition n0 0789/2015 a déposé au Parlement Européen plus de 200 pages de documents prouvant la vérité de la pétition. Sur le site du Parlement Européen, nous avons accès à la liste de ces documents. Il faut mentionner que le dossier complet sur le commerce illégal de visas Schengen se compose environ de 1000 pages.

Selon les dispositions de l’article 160 du Règlement du Parlement Européen en liaisons avec l’article 209, “Les documents qui servent de base aux débats et aux décisions du Parlement sont imprimés et distribués aux députés.”
Il est bien évident que les documents n’ont pas été distribués aux députés. Ce fait évoque l’impression que les criminels influencent les processus au Parlement Européen pour empêcher de rendre public la fraude de visas Schengen et empêcher l’enquête sur ce cas de la corruption. Il est important que les représentants des organes du pouvoir supérieur de l’Union Européen puissent être impliqués à cette fraude.

Il faut ajouter que, d’après la procédure standard, le Parlement Européen traite uniquement les pétitions dont les sujets relèvent de l’ordre de l’Union Européenne. Pour cette raison au cours de la procédure du traitement, l’opinion de la Commission Européenne sur les problèmes soulevés dans les pétitions est exigée et considérée par le Parlement Européen. D’après les documents présentés par le secrétariat de la Commission des pétitions, le 30 novembre 2016 la Commission Européenne a envoyé au Parlement Européen un message, contenant l’opinion de la Commission Européenne sur 74 pétitions, y compris sur la pétition n0 0789/2015. On peut comprendre que ce message a été envoyé deux jours après la réunion de la Commission des pétitions au cours de laquelle la pétition n0 0789/2015 a été traitée.

Les députés n’avaient, donc, pas la possibilité de prendre connaissance de l’opinion de la Commission Européenne sur la pétition n0 0789/2015 avant le débat et, en plus, le dossier complet de cette pétition ne leur a pas été distribué. Le respect de la procédure du Règlement du Parlement Européen a été, donc, violé.

Les décisions prises vis-à-vis des pétitions sous “forme écrite”

Chaque rapport officiel (Minutes of Meeting) contient l’information sur des dizaines de pétitions, vis-à-vis desquelles les députés ont pris des décisions sois disant sous la “forme écrite”. Voici un fragment approprié de Minutes of Meeting du 10 et 11 octobre 2016 (page 10/14):

Voici un fragment approprié de Minutes of Meeting du 28 et 29 novembre 2016 (page 8/14):

Les Minutes of Meeting ne contiennent pas aucune information détaillée sur ces décisions prises.
Les violations identifiées dans l’activité de la Commission des pétitions au cours des traitements public des pétitions mettent en doute la légitimité de toutes les décisions, y compris les décisions prises sous “forme écrite”.

Les violations du Règlement du Parlement Européen au cours des réunions de la Commission des pétitions ont lieu dans 90% des cas. Le nombre des citoyens lésés de l’Union Européenne peut dépasser le 1 000 000 de personnes.

Les violations nommées précédemment ont le caractère typique d’être les mêmes dans 90% des réunions de la Commission des pétitions qui se sont déroulées en 2016. La permanence de ces violations met en doute la légitimité de l’activité de la Commission des pétitions durant la période 2014-2016. Toutes les décisions de la Commission prises en cette période sur les pétitions, y compris les décisions “positives” et “négatives”, devraient être considéré comme illégitimes. Par conséquence, le droit à la pétition des Européens en cette période n’a pas été respecté.

Une évaluation préliminaire de la situation montre qu’entre 2014 et 2016, la Commission des pétitions du Parlement Européen a pris les décisions concernant environ 5000-6000 pétitions (ces données sont présentées par le secrétariat de la Commission des pétitions). Beaucoup de pétitions sont soutenue par plusieurs centaines de personnes tandis que d’autres pétitions sont soutenues par des milliers de personnes. Ainsi le Parlement Européen aurait violé les droits des auteurs des pétitions ainsi que des citoyens qui ont soutenu celles-ci. Le nombre des citoyens lésés de l’Union Européenne peut dépasser 1 000 000 de personnes. Tous ces citoyens ne suspectent même pas le fait que leur droit à la pétition est violé.

D’après l’article 38 du Règlement du Parlement Européen, “Le Parlement respecte intégralement, dans toutes ses activités, les droits fondamentaux établis dans la charte des droits fondamentaux de l'Union européenne.” Malheureusement, le Parlement Européen a violé cette condition.

Outre les infractions présentées, d’autres violations d’un autre genre du Règlement du Parlement Européen ont eu lieu. Dans le cas où l’affaire se rendra à la cour, l’information sur ces violations serait présentée au tribunal afin de considérer illégale l’activité de la Commission des pétitions.

Le Parlement Européen viole la législation sur l’accès du public à l’information.

D’après les dispositions de l’article 116 du Règlement du Parlement Européen, “Tout citoyen de l'Union et toute personne physique ou morale résidant ou ayant son siège dans un État membre ont un droit d'accès aux documents du Parlement”. Cependant le Parlement Européen a refusé de présenter les copies des registres de présence des députés, sous prétexte de respecter la protection des données personnelles des députés et d’éviter un risque de falsification des signatures” (“in respect to the protection of personal data of the MEPs and the protection against the risk of falsifying of signature”).

Il faut noter que lors d’une autre demande d’accès à l’information concernant une autre affaire, le Parlement Européen a présenté les copies de plusieurs documents, signés par les députés. Les signatures des députés furent masquées. Une demande répétée de présenter les copies des registres de présence avec les signatures masquées des députés, fut de même refusée. Il est bien évident que le Parlement Européen cherche à éviter de rendre public les preuves des falsifications des signatures des députés dans les registres de présence.

Le retrait des mandats des eurodéputés

La société civile a le droit de réagir aux infractions existant au Parlement Européen par le moyen de retrait des mandats des eurodéputés impliqués dans ces agissements. La procédure de retrait, y compris le recueilles des votes, est organisée auprès de la législation nationale de chaque pays membre de l’UE.
Voici la liste des eurodéputés candidats pour l’enlèvement de leurs mandats à l’occasion du rapport des infractions relevées au cours des réunions de la Commission des pétitions le 11 octobre 2016 et le 28 novembre 2016 :

Bulgarie:
  • Svetoslav Hristov MALINOV
Chypre:
  • Demetris PAPADAKIS
Danemark:
  • Rikke KARLSSON
  • Margrete AUKEN
Estonie:
  • Yana TOOM
France:
  • Sylvie GODDYN
Allemagne:
  • Axel VOSS
  • Gabriele PREUSS
Italie:
  • Eleonora EVI
Malte:
  • Roberta METSOLA
  • Miriam DALLI
Pologne:
  • Urszula KRUPA
Espagne:
  • Ángela VALLINA
  • Beatriz BECERRA BASTERRECHEA
  • Carlos ITURGAIZ
  • Marina ALBIOL GUZMÁN
  • Rosa ESTARÀS FERRAGUT
  • Soledad CABEZÓN RUIZ
  • Josep-Maria TERRICABRAS
Suède:
  • Cecilia WIKSTRÖM (Présidente de la Commission des pétitions, participante active et témoin de toutes les infractions)

M. Antonio Tajani, le Président du Parlement Européen et responsable de toute activité au sein de l’organisme, mérite également le retrait de son mandat. M. Antonio Tajani n’a pas pris de mesures pour réagir, en cadre de sa compétence, aux infractions dans l’activité de la Commission des pétitions.

Remarque :
D’après les informations publiées sur le site du Parlement Européen, les eurodéputés reçoivent une indemnité forfaitaire de 306 euros par jour, lors des périodes d'activités parlementaires, à condition qu’ils attestent de leurs présences en signant un des registres officiels ouverts à cet effet. Aussi les eurodéputés reçoivent l’indemnité des frais de voyage qu’ils réalisent pour participer aux séances plénières, aux réunions de commissions ou aux réunions de groupes politiques qui ont lieu, en général, à Bruxelles ou à Strasbourg.
Sur ce site www.deceivedeuropeans.eu est présente l’information concernant seulement 2 réunions qui ont eu lieu au Parlement Européen. Les 20 eurodéputés sont classifiés comme supposés être impliqués à l’escroquerie liée à ces 2 réunions (sans compter les députés représentant la Grande Bretagne). Certains députés ont participés aux agissements illégaux concernant l’un et l’autre réunion. Cela avère que les escroqueries avec les rémunérations sont devenues une pratique régulière pour les eurodéputés. Prenant en comptes des dizaines de réunions qui ont lieu au Parlement Européen au cours d’une année, le nombre total des eurodéputés impliqués dans l’activité illégale est significativement plus grand. L’évaluation de ce nombre n’est pas présentée sur ce site.